jeudi 2 février 2012

La grande "noireté"


Un documentaire sur le Montréal haïtien. Un festival de chanson et de cinéma. Une conférence sur les Noirs dans le monde scientifique. Une manifestation pour le retour des cheveux crépus. Un concours de beauté africain. Une pièce de théâtre, des expositions, des tables rondes, des matchs de foot. Voilà un petit aperçu des nombreuses activités prévues à Montréal pour le Mois de l'histoire des Noirs, qui se déroulera pendant tout le mois de février.

Vous avez dit éclectique? Vous avez raison. Vingt et un ans après sa fondation, on ne sait toujours pas comment classer ce festival qui navigue entre le culturel, le politique et le social. Mais son objectif reste clair: sensibiliser le grand public à la réalité noire dans le monde et, surtout, rejoindre les jeunes Blacks en quête de repères identitaires.

Nos suggestions.


Une histoire en noir et blanc

Sa grand-mère était une ancienne esclave. Son grand-père un soldat d'origine hispanique. Ils se sont rencontrés dans La Petite Bourgogne à la fin du 19e siècle. Voici Coloured Pictures in Family Frames, une histoire vraie du Montréal noir, écrite et mise en scène par Dolores Sandoval. Album de photos à l'appui ce spectacle multimedia est présenté ce soir au Centre culturel George-Vanier, 2450 rue Workman.

Minorité visible invisible

Pas facile d'être gai au Québec. Alors imaginez en Afrique, où l'homosexualité est considérée comme un crime dans la majorité des pays. Chaque année, des dizaines de personnes demandent l'asile à Montréal pour pouvoir vivre ici leur «différence».

Malheureusement, cela ne règle pas tous les problèmes, car la pression est aussi grande que la communauté africaine est petite. Accueillis par leur famille plus ou moins immédiate, certains n'arrivent tout simplement pas à sortir du placard.

C'est pour les aider dans leur processus d'acceptation que l'organisme Arc-en-ciel d'Afrique organise Massimadi, un festival de cinéma consacré aux films LGBT (lesbiens, gais, bisexuels, transgenres) afro-caribéens.

Parmi les 10 films présentés à l'UQAM, à la Cinémathèque et à l'ONF, on verra notamment Change (sur un jeune Noir qui découvre son identité le soir où Obama est élu) et Être soi-même, documentaire sur trois gais et lesbiennes montréalais d'origine afro-antillaise. Du 6 au 12 février. Information: www.massimadi.com

Massimadi est la contraction des mots massissi et madivine, qui veulent dire respectivement «gai» et «lesbienne» en créole.

Pour le retour du frisé

Toute sa jeunesse, Berek Yah a été obligée de se faire défriser les cheveux. Jusqu'au jour où, brûlée au cinquième degré, la jeune femme d'origine haïtienne a décidé que c'était assez. Non seulement elle porte aujourd'hui fièrement ses tresses, mais elle vient de lancer Frobruary, un mouvement pour combattre la dictature du cheveu lisse. «Il y a un vrai problème identitaire dans la communauté noire, explique la poète d’origine haïtienne. Neuf femmes sur dix ont les cheveux plats, une perruque ou des rallonges. On en voit rarement qui ont les cheveux frisés, au naturel, parce qu'on considère ça comme négligé... C'est absurde! Comment se faire respecter si on ne respecte même pas nos propres racines?»

Le mois dernier, Berek Yah a ouvert une page Facebook et souhaite réaliser un documentaire sur ce curieux phénomène d'autonégation. Elle diffusera des images de ses premières entrevues les 9 et 16 février à L'Escalier (552, rue Sainte-Catherine Est) et veut profiter de l'occasion pour lancer une réflexion collective sur ce qu'elle décrit comme le signe d'un «complexe d'infériorité» non réglé. (www.facebook.com/frobruary)

Et aussi...

La coupe d'Afrique de soccer bat son plein. La Maison de l'Afrique Mandingo souligne ce grand événement panafricain par une expo sur le foot africain et la diffusion des matches la fin de semaine. Finale le 12 février. 6256 Henri-Julien.

Le 7 février 1986, Haïti se libérait du régime Duvalier. Retour sur les événements avec une projection débat animée par Frantz Voltaire et Jan Dominique. Nou pas b bliye, le 7 février au Bistro Tribu-Terre, 2590 Jarry O.

L'avenir de l'Afrique passe-t-il par sa diaspora? Ferdinand Mayega lance la question, le 26 février à la Bibliothèque du Mile End, 5434 Parc.

La contribution des Noirs à la science est souvent ignorée. Une conférence de Frederic Birkley, du Frankin Institute de Philadelphie, pour remettre les pendules à l'heure. The Colour of science, le 19 février Musée Redpath 859 Sherbrooke O.

Le cinéaste Roger Boisrond ne mâche pas ses mots dans Sakpasé, documentaire aigre-doux sur la communauté haïtienne de Montréal, le 23 février à 17h, au Centre récréatif de Rivière-des-Prairies.