vendredi 11 février 2011

Le clip de la révolution égyptienne, selon Gonhim, ce jeune informaticien qui est devenu malgré lui le visage de l'événement. La musique est un peu nunuche, mais on a un peu l'impression d'être là avec eux.



Vous avez envie de fêter le départ de Moubarak? Rendez-vous devant le consulat égyptien cet après-midi à 16h30 devant le 1000 de la Gauchetière. Les Égyptiens de Montréal seront heureux de vous y voir.

lundi 7 février 2011

La première Miss Afrique Montréal est une congolaise. Gabriella Clesca Vallejo a été couronné samedi soir parmi 13 autres candidates issues du Montréal africain. Fatoumata Sow du Mali, et Tracey Ahyi du Bénin sont les dauphines. 
On peut dire que le Gala Umfazi,  présenté dans le cadre du Mois de l'Histoire des Noirs,  a été un succès. Plus de 700 personnes se sont pointées samedi soir à la Salle Marie-Gérin Lajoie de l'UQAM et foi de Montréal Multiple, il y avait de l'ambiance.  La foule était jeune et très excitée, si on on en juge par les hiiiiiis! et les haaaaaaaa! quasiment hystériques qui faisaient bourdonner nos tympans.  
Ce n'est pas la première fois que des afro-montréalais organisent un concours de beauté. Il y a eu Miss Confidence, Miss Guinée, Miss Cameroun, Miss Black, Miss Rwanda et on en passe. Mais ce gala avait la particularité de rassembler des femmes de différents pays africains, qui avaient pour mandat de promouvoir leur identité nationale, dans un contexte de manifestation culturelle.
"On ne voulait pas faire un strict concours de beauté. On a tout de suite voulu se démarquer par le côté culturel, explique Senou Seizonou, l'un des organisateurs. Pour dire vrai, le défilé de maillots de bains et de robes de soirée est le seul moment de la soirée ou le caractère africain n'était pas mis de l'avant." 
Pour la petite histoire, le Gala Umfazi était l'aboutissement d'une longue aventure lancée en octobre. Tout l'automne, les candidates se sont prêtées au jeu du reality show sur internet () dans les diverses étapes menant jusqu'à l'ultime soirée. Selon M. Seizonou, cette "mise en marché" est ce qui a permis de préserver l'intérêt de la communauté africaine de Montréal. Tiens, en voici d'ailleurs un extrait.




Déjà, les organisateurs songent à une deuxième édition. Mais ça, on va le croire quand on va le voir. A Montréal, les initiatives africaines sont nombreuses, mais pas toujours constantes. On s'en reparle.
Les froides soirées d'hiver sont une excellente excuse pour se rouler en boule et passer une soirée au cinéma. Plusieurs organisateurs de festival l'ont compris. C'est les rendez-vous du cinéma québécois qui lancera le bal du 16 au 27 février. La programmation sera d'ailleurs connue demain (site web). La semaine du 25, c'est le cinéma hongrois qui prendra la relève au Cinéma du Parc. En ouverture, ce petit festival présentera un des compétiteurs d'Incendies aux Oscars, Bibliothèque Pascal. On pewut d'avoir voir le trailer et la programmation complète sur ce site. Finalement, la Cinémathèque présentera de son côté le festival de films AmérAsia, du 3 au 6 mars. Des films autant de Hong Kong, de Corée que de cinéastes canadiens originaires d'Asie. Pour en savoir plus, cliquez .