lundi 1 novembre 2010

Où manger vénézuélien dans le 514 (et le 450)

Fermé ou pas fermé? Contrairement à ce que certains Vénézuéliens nous ont dit, le restaurant Taskita ne serait pas mort , mais seulement en rénovation. Si on se fie à ce qui est écrit dans la vitrine, la réouverture devrait être en novembre. En attendant, Montréal Multiple vous suggère trois autres restos vénézuéliens qui nous avaient échappés pendant la rédaction de notre guide. Pas de la grande gastronomie, mais de la bonne bouffe-minute, comme au pays de Chavez...

Boulangerie Bocadillo 3677, boul. Saint-Laurent,

Ce petit bar à sandwichs est idéal pour des repas à emporter, mais on peut aussi manger sur place et il y a une terrasse à l'arrière. Le menu tourne essentiellement autour des arepas (le pain plat du Venezuela) et des empanadas à la vénézuélienne (c'est-à-dire frits et non grillés) que vous choisirez de remplir à votre goût. On vous suggère la «carne mechada». C'est une viande de boeuf ou de porc effilochée typique du Venezuela. Pas de la haute voltige gastronomique, mais service rapide, ambiance jeune et location stratégique, entre Prince-Arthur et Des Pins.

Tasabroso > 7450, rue Saint-Hubert, ,

Ouvert depuis un an et demi, Tasabroso est le plus connu des restos vénézuéliens à Montréal. Il est situé dans un sous-sol et les murs vert pomme peuvent donner mal à la tête. Mais le service est très sympathique et vous trouverez tous les incontournables de la cuisine populaire du Vénézuela. Essayez le fameux pabellón, une assiette composée de riz, de bananes plantains, de fèves noires et de boeuf «mechada». C'est un must. Nous avons, de notre côté, opté pour le patacon, un genre de hot-dog à la viande effilochée, sauf que le pain a été remplacé par des tranches de plantain frits. Mais la spécialité de la maison reste les tequenos, ou si vous préférez : des doigts de fromage frit. Tellement populaire que les patrons ont commencé à en distribuer des paquets congelés dans les épiceries latines de Montréal.

Chez Mechi 3926, rue Grande-Allée à Saint-Hubert, 450-443-4257

Le seul resto vénézuélien de la Rive-Sud n'existe que depuis trois mois. On y sert les classiques : pabellón, arepas en sandwichs, tequenos, mais aussi parilla (grillades mixtes), paella vénézuélienne et permil (cuisse de porc). La chef Mercedes Vera était enseignante au Venezuela avant de se lancer dans la restauration.

2 commentaires:

Steve Quilliam a dit…

Il est vrai que le Tasabroso n'est pas très invitant de par sa devanture et par sa déco.

J'habite à deux rues de cet endroit et chaque fois que je passe devant je me dis que je vais rentrer mais j'hésite car je n'arrive meme pas à savoir si c'est un resto, un traiteur ou un petit marché. Alors avec votre article j'ai maintenant une meilleure idée et il faudra bien que j'aille faire mon tour bientot.

Irene Londono a dit…

Merci pour la mise à jour!

Quelques petits ajouts à votre excellente description de la gastronomie vénézuélienne que l'on retrouve à Montréal et à la Rive-Sud.
Les pains et les arepas (pain de farine de maïs) peuvent être farcis avec du "mechada", flanc de bœuf effiloché et sauté avec des oignons, poivrons et tomates, ou avec du rôti de bœuf caramélisé (asado) ou avec du rôti de porc. Au Venezuela, vous trouvez plus de 20 sortes de farces qui incluent des œufs, des poissons, différents types de fromage, des saucissons, etc. On peut vous servir aussi une arepa de pabellón que constitue un repas complet!
Ce que j'aime aussi chez Bocadillo sont des tequeños qui contiennent une sorte de marmelade de goyave, un excellent mélange de sucré-salé comme celles que nous aimons dans notre gastronomie vénézuélienne!
Merci beaucoup pour la diffusion de ces informations et pour votre excellent blogue qui nous fait découvrir des trésors!

Enregistrer un commentaire