mercredi 16 décembre 2009

Tuques sénégalaises


Vous avez bes0in d'une tuque en ce premier jour de grand froid et d'une paire de mitaines? Bara se fera un plaisir de vous en vendre, faits au Népal en chemin vers le métro Place-des-Arts. Le grand Montréalais, qui semble à peu près connaître tout le monde, met sur pied son kiosque chaque année. Vous voulez combattre le froid par le chaud? Il vend aussi des lunettes soleil et des cornes décoratives sénégalaises. Et, selon ce que nous avons observer, il aime négocier.

L.-J.P.

mardi 15 décembre 2009

Écoles, subventions et ségrégation

Le débat sur les écoles confessionnelles est loin d'être terminé au Québec et plus particulièrement à Montréal où plusieurs groupes religieux opèrent des écoles privées où les enfants qui n'appartiennent pas à leur giron spirituel ne sont pas les bienvenus. Voici en lien une chronique de notre collègues Rima Elkouri qui met en contexte la récente décision de la ministre de l'Éducation qui a décidé de réduire les subventions accordées à certaines de ces écoles.

À lire ici

dimanche 13 décembre 2009

Chasser l'hiver au hammam

La fin de l'année approche. Hier, il m'a pris une irrépréssible envie de me nettoyer de tout ce que 2009 a laissé sur moi. M'étant aventurée à quelques reprises dans les hammams de Turquie et du Moyen-Orient et y ayant vu mon bronzage (et la poussière des grandes routes et des auberges bon marché) y disparaître sous le gant de crin, je me suis dit qu'il pourrait être intéressant de faire la même chose dans ma cour.
J'avais lu quelques articles sur le du centre-ville de Montréal. La propriétaire, une Française d'origine algérienne, y a recréé un hammam traditionnel avec le grand bain vapeur et les banquettes en céramique sur lesquelles on vous arrache une quantité toujours surprenante (et parfois un peu humiliante) de peaux mortes.
L'entrée du spa est tout ce qu'il y a de plus maghrébin chic avec ses rideaux diaphanes roses et oranges et ses décorations de bois. Le bain est aussi fort réussi quoique petit. Mais bon, le centre-ville de Montréal n'est pas la médina d'Alger.
J'ai choisi comme soin le rituel du hammam. Pour commencer la session, on m'a envoyé suer mes toxines dans la bain à vapeur et on m'a demandé d'appliquer une fine couche de savon noir à l'eucalyptus. Après 20 minutes de cuisson, on m'a demandé de m'installer dans la salle la moins chaude du hammam pour la célèbre session de frottage. Le tout a été suivi d'un enveloppement au rassoul (pendant lequel des hommes sont entrès à l'intérieur du hammam - du jamais vu au Moyen-Orient, mais possible le samedi à Montréal). Le soin de deux heures s'est terminé dans une salle de repos. On m'y a massé avec de l'huile parfumée à l'ambre et au miel avant de me donner un thé à la menthe.
Le tout m'a coûté 150$, taxes et pourboire inclus.
Un soin du même genre à Marrakech dans un hammam de luxe destiné aux touristes aurait coûté entre 30$ et 50$.

Aimé: l'ensemble de l'expérience flirte avec l'authenticité. Il manque cependant les groupes de femmes qui rient à gorge déployée en jasant. De plus, on nous demande d'apporter un maillot de bain. Les hammams traditionnels sont des lieux de nudité sans complexes. Mais c'est certain qu'aucun homme ne se pointe dans la section des femmes...

Beaucoup moins aimé: le service assez médiocre considérant le prix de l'expérience. Le tout pourrait être enrobé de petites attentions. La jeune femme qui m'a donné mes traitements semblait être très pressée d'en finir avec moi pour aller bavarder avec ses collègues.

Studio Beauté du monde
1455 rue Drummond suite 2B
Métro: Peel

L.-J.P.